Accueil Color Vision Evaluation Test Vision des couleurs Les tests d'examen Contact - Achat
wp782c4224.png

Interprétation des résultats

Comme tous les examens sur la fonction visuelle (acuité visuelle, champ visuel) l’examen de la vision des couleurs est un examen subjectif, c'est-à-dire que c’est au patient lui-même d’exprimer ce qu’il perçoit. L’exactitude du résultat dépend de l’exactitude des réponses données par le patient. Il appartient à l’examinateur de déterminer si le patient coopère à l’examen et donc si ses réponses peuvent être considérées comme fiables.

La lecture correcte de la planche niveau 0.9 (dernière de la série) de chaque série c'est la garantie d'une vision chromatique normale. La zone neutre d'une personne ayant une vision chromatique normale c'est le cercle noir au centre du diagramme. Fig. 3.17a.

Fig. 3.17b représente une image vu par une personne qui a une vision chromatique normale.



Fig. 3.17a. Représentation graphique de la zone neutre normale




Fig. 3.17b. Vision chromatique normale




Si certaines planches n'ont pas été lues correctement la zone neutre va avoir une configuration spécifique.

L'axe sur lequel ont été fait le plus d'erreurs représente l'axe de la dyschromatopsie. Il faut préciser que les axes spécifiques des dyschromatopsies sont Protan, Deutan et Tritan. La quasi-totalité des dyschromatopsies héréditaires sont d'axe rouge-vert (Protan ou Deutan) car le nombre des dyschromatopsies héréditaires d'axe Tritan est infime. En ce qui concerne les dyschromatopsies acquises, elles sont plus fréquentes d'axe jaune-bleu (Tritan et Tetartan) mais ont les trouve aussi sur les axes rouges-vert dans certaines pathologies comme les névrites optiques, maladie de Leber, etc. Et, enfin, il faut tenir compte des situations ou des dyschromatopsies héréditaires rouge-vert qui sont associées à des dyschromatopsies acquises jaune-bleu.

La classification qui semble la mieux adaptée pour les dyschromatopsies héréditaires et pour laquelle nous avons opté serait :

1. Dyschromatopsie Héréditaire axe Protan – déficit de perception de la couleur rouge (et aussi de la couleur complémentaire vert-bleu) qui pourrait être :

a. Partielle = Protanomalie

b. Totale = Protanopie

2. Dyschromatopsie Héréditaire axe Deutan - déficit de perception de la couleur verte (et aussi de la couleur complémentaire magenta) qui pourrait être

a. Partielle = Deuteranomalie

b. Totale = Deuteranopie

3. Dyschromatopsie Héréditaire axe Tritan - déficit de perception de la couleur violet (et aussi de la couleur complémentaire jaune - vert) qui pourrait être :

a. Partielle = Tritanomalie

Totale = Tritanopie

En ce qui concerne les Dyschromatopsies acquises, elles pourront être classifiées en :

1. Dyschromatopsies acquises d’axe rouge – vert

a. avec prédominance Protan

b. avec prédominance Deutan

2. Dyschromatopsies acquises d’axe jaune – bleu

a. avec prédominance Tritan

b. avec prédominance Tetartan ( ?) reste à être prouvées.

3. Dyschromatopsies sans axe – situation dans laquelle la zone neutre n’est pas centrée sur un des axes de dyschromatopsie.

La vision des couleurs reste l’élément le moins connu de la fonction visuelle et ce test ouvre de nouvelles perspectives, surtout dans le domaine des dyschromatopsies acquises. Voici quelques éléments qui peuvent  permettre de préciser le diagnostique et aussi d’évaluer la gravité d’une dyschromatopsie.

Il y a des configurations de la zone neutre qui sont clairement spécifiques à une dyschromatopsie héréditaire ou à une dyschromatopsie acquise. C’est la configuration de la zone neutre qui donne le plus de spécificité pour différencier une dyschromatopsie héréditaire d’une dyschromatopsie acquise  car les dyschromatopsies héréditaires présentent des zones neutres très étroites par rapport aux dyschromatopsies acquises qui ont des zones neutres très larges.

Les dyschromatopsies héréditaires

Sont caractérisées par une zone neutre étroite située sur un des axes Protan Deutan, ou Tritan. Le contexte clinique est l’élément essentiel pour le diagnostique différentiel entre les dyschromathopsies héréditaires et acquises car les dyschromathopsies héréditaires sont :

Bilatérales, avec une configuration de la zone neutre très ressemblante entre les deux yeux,

L’absence de l’évolutivité,

L’absence de toute pathologie oculaire ou générale qui pourrait avoir des conséquences sur la perception chromatique du patient.

La représentation d’une simulation du spectre chromatique du patient n’a pas de spécificité en ce qui concerne l’étiologie de la dyschromatopsie.

Les anopies héréditaires

La zone neutre peut atteindre le niveau 0, -1 ou -2 (Protanopie Deuteranopie, ou Tritanopie) ; ou peut avoir une amplitude plus faible - niveau 0.1 - 0.9 (Protanomalie, Deuteranomalie, ou Tritanomalie). Voici quelques exemples :




Fig. 3.28. Protanopie - niveau 0; CFC-RV = 0 %; CFC-JB = 100 %; CFC-T = 50 %


2. DEUTERANOPIE HEREDITAIRE - se caractérise par une zone neutre étroite sur l’axe Deutan a des niveaux 0, –1 ou -2. Elle peut toucher les axes voisins (P ou S) mais à de très faibles niveaux (0.9 ou 0.8).


Fig. 3.29. Deuteranopie - niveau 0 ; CFC-RV = 0 % ; CFC-JB = 100 % ; CFC-T = 50 %

3. TRITANOPIE HEREDITAIRE - cité dans la littérature de spécialité comme une réalité, elle devrait se caractérise par une zone neutre étroite sur l’axe Tritan a des niveaux 0, –1 ou -2. Il est possible qu’elle puisse toucher les axes voisins (S ou Te) à de très faibles niveaux (0.9 ou 0.8) mais nous n’avons aucune certitude car nous n’avons pas rencontré de cas.


Fig. 3.30. Tritanopie - niveau 0; CFC-RV = 100 %; CFC-JB = 10 %; CFC-T = 50 %

Les anomalies héréditaires

1. PROTANOMALIE HEREDITAIRE - se caractérise par une zone neutre étroite sur l’axe Protan a des valeurs entre 0.9 et 0.1


. 3.31. Protanomalie - niveau 0.4; CFC-RV = 40 %; CFC-JB = 100 %; CFC-T = 70 %


2. DEUTERANOMALIE HEREDITAIRE - se caractérise par une zone neutre étroite sur l’axe Dutan a des valeurs entre 0.9 et 0.1


Fig. 3.32. Deuteranomalie - niveau 0.7; CFC-RV = 70 %; CFC-JB = 100 %; CFC-T = 85 %



3. TRITANOMALIE HEREDITAIRE . Nous n’avons pas trouvé des cas de tritanomalie héréditaire mais par similitude avec les dyschromatopsies héréditaires rouge – vert, nous supposons qu’elles se caractérisent par une zone neutre étroite sur l’axe Tritan a des valeurs entre 0.9 et 0.1.


Fig. 3.33. Tritanomalie (simulation)- niveau 0.3; CFC-RV = 100 %; CFC-JB = 30 %; CFC-T = 65 %




Les dyschromatopsies acquises

Sont caractérisées dans un stade plus avancé par une zone neutre relativement large qui touche soit les axes rouge-vert (Protan et Deutan) soit les axes jaunes-bleus (Tritan ou Tetartan). Les dyschromatopsies de type jaune-bleu sont les plus fréquentes, la zone neutre débute le plus souvent sur l'axe Tritan et touche plus tôt ou plus tard les axes voisins.

Elles se caracterisent par le fait que :

- elles sont associées a une pathologie oculaire (œdème maculaire, trou maculaire, DLMA, glaucome, etc.) ou générale (diabète, hypertension artérielle, etc.),

- elles peuvent être unilatérales ou bilatérales,

- elles sont évolutives.

Les dyschromatopsies acquises de type rouge-vert : on les rencontre dans les affections du nerf optique  comme les névrites optiques rétrobulbaires, la maladie de Leber, etc.  Dans ce cas, la zone neutre se présente comme une bande beaucoup plus large que dans le cas des dyschromatopsies héréditaires qui est centrée sur l’axe Protan et Deutan.


Fig. 3.34. Névrite optique rétro bulbaire Dyschromatopsie acquise rouge - vert   

M=0.6: P=-1; D=-2;S=0.2;Tr=0.5; Te=0.6; CFC-RV = 0%; CFC-JB = 60%; CFC-T = 30%





Elles sont très ressemblantes avec les dyschromatopsies héréditaires rouge-vert associées à une dyschromatopsie acquise d’axe jaune-bleu débutante ce qui nous fait penser que dans les dyschromatopsies rencontrées dans les affections du nerf optique les deux systèmes de transmission de l’information chromatique sont affectés avec une prédominance pour le système rouge-vert.

Les dyschromatopsies acquises de type jaune-bleu : on les rencontre dans des pathologies oculaires  (œdème maculaire, trou maculaire, DLMA, glaucome, etc.) ou générales  (diabète, hypertension artérielle, etc.). Elles se caractérisent par une zone neutre qui débute dans la quasi-totalité des cas sur l’axe Tritan et s’étend d’abord sur l’axe voisin Tetartan.


Fig. 3.35. Rétinopathie diabétique Dyschromatopsie acquise jaune - bleu

M=1: P=1;D=1;S=1;Tr=0.6 ;Te=0.8 CFC-RV = 100 % CFC-JB = 60 % CFC-T = 80 %






L’évolution se fait par l’agrandissement vers des valeurs inferieurs sur les axes intéressés et plus tard sur les autres axes.


Fig. 3.36.Rétinopathie diabétique Dyschromatopsie acquise jaune - bleu

M=0.8:P=0.8;D=0.5;S=0.3;Tr=0.1 ;Te=0.5 CFC-RV = 80 % CFC-JB = 10 % CFC-T = 45 %







Cas particuliers.

Les dyschromatopsie héréditaires rouge-vert associées à une dyschromatopsie acquise d'axe jaune-bleu. Elle ne sont pas si rares qu’on puisse croire cas les daltoniens sont de la même manière susceptibles comme les trichromates normaux de développer des maladies qui perturbent la vision chromatique. La particularité de ces cas c’est que les daltoniens qui développent une dyschromatopsie acquise de jaune – bleu, perdent les seules couleurs pour lesquelles ils ont une perception chromatique et leur vision chromatique se transforme dans une achromatopsie.

Dans un stade précoce l'image graphique ressemble beaucoup à l'image de névrite optique. Le diagnostique différentiel est facile quand un seul oeil est atteint et la dyschromatopsie héréditaire est mise en évidence sur l’œil opposé où un examen antérieur a mis en évidence une dyschromatopsie héréditaire.


Fig. 3.37. Dyschromatopsie héréditaire rouge-vert associée à une dyschromatopsie acquise jaune-bleu

M=0.7:P=0;D=-2;S=0.3;Tr=0.6 ;Te=0.7 CFC-RV = 0 % CFC-GA = 60 % CFC-T = 30 %








Dans un stade avancé la zone neutre couvre la plupart du spectre chromatique et la vision des couleurs se transforme en une achromatopsie.


Fig. 3.38.Dyschromatopsie héréditaire rouge-vert associée à une dyschromatopsie acquise jaune-bleu (trou maculaire)

M=0.2:P=-2;D=-2;S=0;Tr=0.1 ;Te=0.3 CFC-RV = 0 % CFC-JB = 20 % CFC-T = 10 %









Les dyschromatopsies de faible niveau (0.8 ou 0.9) sur les axes Protan ou Deutan héréditaires ou acquises ont les mêmes caractéristiques, seulement le contexte clinique permet de faire la différence entre acquises et héréditaires.

Faible discrimination chromatique - sont des troubles chromatiques sans spécificité d’axe de niveau 0.9 à la frontière entre le normal et pathologique.

« Dyschromatopsies d'axe Tetartan », décrit par certains auteurs dans les dyschromatopsies acquises, contesté par d'autres, ne s'identifient pas avec ce test.Elles accompagnent systématiquement l'axe Tritan et il y a dans tous les cas une avancée de la zone neutre sur l'axe Tritan par rapport à l’axe Tetartan.

Les troubles de la vision des couleurs sur les axes Monochromatique et Scotopique. Les axes Monochromatique si Scotopique ne sont pas des axes de dyschromatopsies mais seulement des axes d'examen qui sont très utiles pour différencier les dyschromatopsies acquises des dyschromatopsies héréditaires. Théoriquement les valeurs trouvées sur les axes Monochromatiques et Scotopiques devraient être meilleures que sur l'un des axes spécifiques des dyschromatopsies. Si ce n'est pas le cas, le programme attire aussi l’attention sur la situation où les résultats sont inhabituels et/où il y a de fortes chances que les réponses données par le patient ne soient pas fiables.

« Obs. Il semblerait que les réponses du patient soit peu fiable. Il est recommandé de répéter l’examen ».

Il est recommandé dans ce cas de répéter l’examen sur l’axe en cause. Mais  en aucun cas le programme ne peut se substituer à l’examinateur pour évaluer la fiabilité de l’examen.

Il faut préciser que l'examen de la vision des couleurs ne fait pas exception des caractéristiques spécifiques des tous les examens de la fonction visuelle comme l'acuité visuelle ou le champ visuel. Il y a des images test qui représentent la limite de perception du patient quand le patient répond "il me semble que... mais je ne suis pas sûr". Il est évident qu'à la limite de la perception, il y a une variabilité entre un examen et un autre. C'est la cas de l'acuité visuelle quand le patient ne lit pas une lettre à 7/10 par exemple et lit une autre à 8/10. C'est le cas aussi pour l'examen du champ visuel avec une certaine variabilité entre un examen et un autre qui est considérée comme non-significative. C'est de même pour l'étalonnage de la vision des couleurs. Une variabilité d'une ligne entre un examen et un autre devrait être considérée, en général, comme non-significative.

Le programme propose un diagnostic ou plusieurs diagnostiques possibles qui, d’après expérience actuelle, semblerait les plus probables selon les valeurs enregistrées. Le programme propose les diagnostiques dans l'ordre de leur probabilité par rapport aux valeurs enregistrées. Il appartient à l'examinateur de sélectionner ou de formuler le diagnostique approprié.

Mais le programme informatique a ses limites car chaque diagnostic devrait être évalué dans le contexte de la pathologie générale et oculaire du patient, de ses antécédents et, éventuellement, de ses intérêts (voir le chapitre simulation et dissimulation). C’est pour cette raison que l’examinateur devrait valider le diagnostique ou choisir un autre de la liste des diagnostiques proposés ou bien de formuler son propre diagnostique.





1. PROTANOPIE HEREDITAIRE – se caractérise par une zone neutre étroite sur l’axe Protan a des niveaux 0 , –1 OU -2. Elle peut toucher les axes voisins : M mais à de très faibles niveaux (0.9 ou 0.8) ou D à des valeurs inferieurs à l’axe Protan.