L’album

 Contient 2 groupes de planches :

1. Planches démonstratives

2. Planches pour dépistage et étalonnage

1. Les planches démonstratives ont pour but d’expliquer la méthode d’examen. Elles présentent l’image d’un tabouret qui peut être orienté en quatre positions ; l’examinateur demande au patient de préciser de quel côté sont orientés les pieds du tabouret.

En cas de collaboration difficile, ou des enfants, l’album est accompagné d’un tabouret en carton identique à celui de la planche sur lequel le patient devrait le superposer. Les planches démonstratives sont conçues pour être vues par tous les types de dyschromates, même par les achromates (l’absence totale de perception chromatique).


pldemo.jpg

Tabouret en carton

Planches démonstratives

2. Les planches pour dépistage et étalonnage sont au nombre de 68 réparties en 6 séries, une série pour chacun des axes monochromatic, protan, deutan, scotopic, tritan et tetartan.

La vision chromatique à été étalonnée d’une façon similaire que l’acuité visuelle en 10 niveaux. Une vision chromatique normale à été notée avec 1 et une absence totale de perception chromatique, notée avec 0. Entre ces deux valeurs il y a neuf échelons intermédiaires d’une trichromasie anormale notés: 0,9 ; 0,8 ; 0,7 ; 0,6 ;…0,2 et 0,1. Pour chaque série ont été choisies les tonalités les plus susceptibles d’être touchées dans le cadre d’une dyschromatopsie spécifique à l’axe qu’elle représente.



Diagr-a-n.jpg Diagr-col.jpg

Diagramme avec les axes et les niveaux de saturation


Schéma du même diagramme



Série d’axe Protan


Les niveaux d'étalonnage ont été calculés sur des paramètres spectrophotométriques pour chaque série et pour chaque couleur. L'espace chromatique entre deux niveaux devrait être significatif pour avoir une répétitivité de l'examen et donc des résultats fiables. C'est pour cette raison que l'image représentée dans la planche a été réalisée sur un fond de contraste qui varie du point de vue chromatique en même temps et de la même façon que l'image du tabouret.

Dans une série, les tonalités sont constantes, ce qui varie est la saturation des couleurs. Toutes les couleurs qui existent dans une planche ont la même saturation et sont rendues dans trois niveaux de luminosité – le niveau le plus lumineux formant une image de confusion, c’est-à-dire, un tabouret orienté différemment de celui formé par le contraste de tonalité qui est destiné à être vu par les dyschromates.

Toutes les planches de niveau 0,9 ont les mêmes niveaux de saturation et de luminosité ce qui donne pour chaque série le même niveau de difficulté de lecture.


Étant donné que dans les dyschromatopsies acquises avancées la différenciation entre l’axe protan et deutan d’une part et l’axe tritan et tetartan d’une autre part est difficile, deux niveaux supplémentaires ont été crées pour ces quatre axes notés avec    –1 et –2. Ces deux niveaux supplémentaires ont été crées avec des couleurs de saturation maximale mais des tonalités différentes qui réalisent des axes inclinés par rapport aux axes initiaux..

Pour l’axe protan le rouge à été dévié vers orange et le vert vers bleu et pour l’axe deutan le rouge a été dévié vers violet et le vert vers jaune. De cette façon les deux axes s’éloignent successivement l’un de l’autre par un angle de 5° ce qui permet de continuer l’examen au-delà de la limite de la saturation maximale. Le plus souvent ce sont ces deux niveaux qui permettent de faire la différence entre les dyschromatopsies congénitales et acquises comme c’est le cas dans les névrites optiques.

La même technique a également été utilisée pour les axes tritan et tetartan.


Deutan niveau - 2

Deutan niveau - 1

Deutan niveau 0

Correspondance des niveaux de saturation

Protan.jpg D-2-1-0.jpg

L’axe monochromatique n’est pas un axe de dyschromatopsie ; il réunit les tonalités orange et bleu des tonalités qui ne sont jamais touchées dans le cadre des dyschromatopsies congénitales et sont les dernières à être perturbées dans les dyschromatopsies acquises. Contrairement aux autres axes qui mettent en évidence ce que la personne a perdu de sa vision chromatique, l’axe monochromatique met en évidence plutôt ce qui lui reste de sa vision chromatique.

Toutes les couleurs ont été préparées individuellement sur le contrôle d’un spectrophotomètre et imprimées individuellement en sérigraphie. L’album contient 416 couleurs, à titre comparatif, 5 fois plus que le test 100 Hue de Farnsworth qui est composé de 85 couleurs.

Technique de l’examen


L’examen devrait être fait en vision monoculaire avec correction de près, verres non teintés.

Après la présentation des planches démonstratives, le patient devrait lire les planches d’étalonnage. Pour chaque série il faut commencer par présenter la planche du début de la série. Si la lecture est facile, il n’est pas nécessaire que toutes les planches de la série soient présentées mais il est indispensable que les planches niveau 0.8 et niveau 0.9 de chaque série soit lues. C’est la garantie d’une vision chromatique normale. Pour chaque série le niveau de vision chromatique sera noté avec une valeur de 1. Pour ceux qui font des erreurs, il est nécessaire de noter le niveau de la première planche de chaque série non lue. Le niveau de vision de chaque série sera entré dans l’ordinateur pour obtenir la représentation graphique de la vision des couleurs.

Le test est suffisamment rapide pour ne pas fatiguer le patient et si la situation l'impose, on peut même le répéter. Pour une personne qui a une vision chromatique normale et qui collabore normalement, la durée de l’examen pour chaque œil est d’environ 1 minute. Il n'est pas nécessaire de présenter systématiquement toutes les planches de l'album.

Si la collaboration est bonne il est préférable de montrer une planche au début de la série pour que le patient voit clairement quelles sont les couleurs examinées et de passer directement aux dernières deux ou trois planches de la série. S'il il y a un déficit, il est évident que toute la série devrait être présentée. C'est en utilisant le test que l’on prend rapidement l'habitude d’adapter facilement la présentation de l'album à chaque patient.

Le test a été conçu pour empêcher une dissimulation d’une dyschromatopsie car la mémorisation des positions du tabouret est très difficile, beaucoup plus difficile qu’une séquence de chiffres, comme c’est le cas de l’album d’ISIHARA. De plus, l’album pourrait être présenté en quatre positions s’il y a soupçon d’une dissimulation, ce qui change complètement l’orientation des tabourets.

En ce qui concerne les simulateurs, chaque planche contient un autre tabouret constitué par le niveau le plus élevé des luminosités des couleurs, appelé "image de confusion" qui est facilement perçu par les dyschromates congénitaux. Contrairement aux dyschromates congénitaux qui voient un tabouret dans une position différente de celui de la planche, le simulateur prétend ne rien voir. Pour la planche niveau 0.9 de chaque série, c'est le niveau intermédiaire de luminosité qui constitue l'image de confusion.

Planche  Dutan 0.4

Planche Deutan 0.4

Vue par un daltonien

D0-4.jpg

Il faut préciser que dans le cadre des dyschromatopsies acquises les troubles chromatiques sont plus complexes et que même les niveaux de luminosités sont altérés. En conséquence,  il est rare que cette catégorie perçoit l’image de confusion de la planche. Ce sont les planches démonstratives qui pourront apporter une réponse car les simulateurs prétendent ne rien voir. Les planches démonstratives présentent une différence de luminosité entre l’image du tabouret et celle du fond de la planche qui est plus importante pour la première planche démonstrative et moins importante pour la dernière. La première planche sera vue plus facilement que la dernière planche cela dans le but de différencier les vrais achromates des simulateurs qui, en général, déclarent « ne voir » aucune planche. Mais c’est surtout l’expérience de l’examinateur qui, avec les moyens donnés par le test pourra le mieux dépister un simulateur (voir les images ci-dessous).


pldemo deux.JPG

Planches démonstratives vues par un achromat

Planches démonstratives

Précautions

Il est formellement déconseillé de toucher les couleurs avec les doigts ou utiliser un stylo pour montrer la position des tabourets car cela endommagerait irrémédiablement les couleurs. Le patient devrait préciser la position du tabouret ou la montrer sans toucher la planche. Si la collaboration est difficile, il est recommandé d'utiliser le tabouret en carton qui accompagne l’album pour être superposé sur celui de la planche.

Il est déconseillé d’approcher l’album de l’éclairage de la lampe ou de l’incliner car cela modifierait l'intensité de l'éclairage des planches et donc leur visibilité. Pour un résultat fiable l’album devrait être mis sur le plateau de la lampe.


Accueil Color Vision Evaluation Test Vision des couleurs Les tests d'examen Contact - Achat
wp782c4224.png