Accueil Color Vision Evaluation Test Vision des couleurs Les tests d'examen Contact - Achat
wp782c4224.png

Du point de vue phylogénétique, c’est la sensation chromatique qui est apparue en dernier. On peut donc conclure que c’est l’élément le plus sensible de la fonction visuelle et que dans le cadre d’une pathologie oculaire, il devrait être le premier à être affecté.

Si nous devions faire une similitude entre notre système visuel et un poste de télévision, la première perturbation dans la  réception d’une image se manifesterait par la perte des couleurs. L’image apparaîtrait en noir et blanc et si la réception se dégradait  encore plus ce sont les formes qui disparaîtraient.

Bien entendu, les choses sont beaucoup plus complexes en ophtalmologie, c’est seulement une illustration pour dire que l’examen de la vision des couleurs devrait nous apporter beaucoup plus d’informations sur une pathologie que ce qui nous est donné actuellement.

Notions sur la vision des couleurs

La fonction visuelle est composée de trois éléments ou perceptions:

1. Perception de la  lumière

2. Perception  des formes

3. Perception des couleurs

wp2ecb4be1.png wp136a4010.png wpe5ff18ca.png





2. Du point de vue sensoriel – la couleur n’est qu’une sensation de l’appareil visuel sous un stimulus spécifique qui est une radiation électromagnétique d’une longueur d’onde comprise entre 400 et 780 nm.

Le stimuli enregistré par les cônes est transmis aux cellules ganglionnaires où l’information est codifiée pour être transmise vers le cerveau par deux canaux : un pour les couleurs rouge et vert et un autre pour les couleurs jaune et bleu.

Ce sont les trois types des cônes - cellules rétiniennes spécialisées dans la perception chromatique - qui permettent la perception  de chacune des trois couleurs fondamentales : rouge, vert et bleu. Les approximatives 150 tonalités perçues par un oeil normal sont réalisées par la combinaison des ces trois couleurs. Si on ajoute les niveaux de luminosité et de saturation on peut dire que l’œil peut percevoir environ 15000 couleurs différentes avec une certaine variabilité - en fonction de l’âge et aussi une variabilité entre un individu et un autre. Les personnes qui travaillent avec les couleurs – les peintres, l’industrie du textile, imprimerie, etc. – accroissent leur capacité de discrimination des couleurs. Il est connu que les vendeurs des tissus peuvent différencier plus de 100 nuances de noir.

C’est l’aspect sensoriel qui nous intéresse car une couleur c’est quelque chose que  nous ressentons, une sensation qui est personnelle et à laquelle personne d’autre n’a accès. Le fait que deux personnes utilisent les mêmes mots pour décrire une couleur n’est pas une garantie que la sensation chromatique qu’ils perçoivent serait identique.

Autrement dit, avoir un langage identique ne veut pas dire  sensation chromatique identique. C’est pour cette raison qu’un test pour la vision couleurs  (les laines de Holmgreen) qui était basé sur la capacité des nommer les couleurs a été abandonné car très souvent les daltoniens arrivent à nommer correctement les couleurs même s’ils ne les voient pas correctement.

Le seul moyen « d’accéder » à la sensation chromatique d’une personne pour évaluer sa  capacité de différencier  des couleurs très proche (comme les tests de classement) ou des couleurs les plus susceptible d’être confondues (comme les planches pseudo-isochromatiques).


Mais la sensation chromatique est aussi l’élément le moins connu de la fonction visuelle et les tests  existants ne sont pas assez  performants pour nous permettre de la mettre en évidence suffisamment précoce et précise.

La lumière ce n’est qu’une toute petite partie du spectre des ondes électromagnétiques dont la longueur d'onde est comprise entre 400 et 780 nm, ce qui correspond à la zone de sensibilité de l'œil humain, entre l'ultraviolet et l'infrarouge.

La couleur ce n’est qu’un paramètre de la lumière. Il n’y a pas de couleur en dehors de la lumière

Il y a deux façons d’aborder la couleur :

  1. Du point de vue physique -  la couleur est une radiation électromagnétique d’une longueur d’onde comprise entre 400 et 780 nm. Pour un spectrophotomètre la couleur n’est qu’un paramètre physique.